Articles web

04 octobre 2017
Sylvain Lavoie

Bashir Lazhar. Texte d’Evelyne de la Chenelière, dans une mise en scène de Sylvain Bélanger assisté de Julien Veronneau. Avec Rabah Aït Ouyahia. Scénographie de Julie Vallée-Léger, lumière de Cédric Delorme-Bouchard, costumes de Marc Senécal, musique de Guido Del Fabbro et maquillages d’Angelo Barsetti. Une production du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, présentée dans la Salle principale du 19 septembre au 14 octobre 2017.

///

30 septembre 2017
François Jardon-Gomez

Je disparais, texte de Arne Lygre dans une traduction de Guillaume Corbeil ; mise en scène de Catherine Vidal ; avec Larissa Corriveau, James Hyndman, Marie-France Lambert, Marie-Claude Langlois et Macha Limonchik ; présenté au Théâtre Prospero du 26 septembre au 21 octobre 2017.

///

28 septembre 2017
Laurie Bédard

Piece for person and ghetto blaster, concept, texte, mise en scène et performance : Nicola Gunn ; choregraphie : Jo Lloyd ; son : Kelly Ryall ; audio et vidéo : Martyn Coutts ; lumières : Niklas Pajanti ; costumes : Shio Otani ; dramaturgie : Jon Haynes ; direction de production : Gwen Gilchrist ; production : Jenny Vila. Présenté du 27 au 29 septembre à L’Usine C (Montréal).

///

21 septembre 2017
Guylaine Massoutre

Mécaniques nocturnes, chorégraphie et interprétation : Anne Plamondon ; mise en scène : Marie Brassard ; conception sonore : Frédéric Auger, Last Ex ; scénographie : Antonin Sorel ; Lumières : Yan Lee Chan; costumes : Marilène Bastien; répétitions : Shawn Hounsell. Coproducteurs Agora de la danse, La Rotonde, Théâtre Hector-Charland. Présenté par l’Agora de la danse, Édifice Wilder, du 20 au 23 septembre.

///

19 septembre 2017
Jérémy Laniel

Stéfanie Clermont, Le jeu de la musique, Le Quartanier Éditeur, 344 pages.

///

C’était un lieu vivant, sans obligations, où de l’eau propre (ou qu’on aimait croire propre) avait, on ne sait plus comment, trouvé les tuyaux et rempli d’anciens réservoirs gros comme de petites piscines creusées où des bancs de poissons rouges et blancs vivaient, mystérieusement, été après été.

Pages